Archives de l'étiquette nouvelles tendances

Devenir tuteur en entreprise

shutterstock_166852736

Être tuteur en entreprise est une mission qui peut parfois s’avérer délicate. L’apprentissage nécessite l’utilisation de méthodes pédagogiques adéquates pour assurer la bonne transmission du savoir-faire du tuteur dans les meilleures conditions. Le tuteur doit donc être capable d’accueillir son apprenti et de l’intégrer au mieux à l’entreprise : pour cela, le tuteur doit avant tout être volontaire pour assurer ce rôle, avoir une bonne connaissance de l’entreprise et ainsi accompagner efficacement son collaborateur.

La communication est un facteur primordial dans la réussite de l’accompagnement en entreprise. C’est un élément majeur en matière de tutorat. Celui-ci se doit d’être parfaitement transmis pour considérer cet accompagnement comme réussi.

Vous débutez cette activité de tuteur en entreprise ? ABP Consulting vous dresse une liste de conseils :

I – Définissez votre emploi du temps avec votre nouvel apprenti :

Définissez les tâches, organisez votre semaine avec votre nouveau collaborateur en définissant les priorités à entreprendre dès le début de la mission. En optimisant votre emploi du temps, vous gagnerez en efficacité professionnelle  et votre apprenti progressera plus rapidement. Mettre en place un parcours stratégique et cohérent dans l’entreprise permet à votre collaborateur d’assimiler les valeurs de l’entreprise dès le premier jour.

II – Être disponible dès le début de votre mission de tutorat :

Bien informer l’apprenti est essentiel pour commencer la mission de tuteur et définir avec lui les objectifs, les attentes, les risques, etc.  En accompagnement efficacement ce nouveau collaborateur les premières semaines, vous assurerez son intégration au maximum et ce dernier se montrera à l’aise et deviendra finalement autonome le plus rapidement possible : c’est l’objectif de votre rôle de tuteur !

III- Apprendre à connaître son collaborateur :

Poser des questions sur son parcours professionnel, ses expériences, ses réussites, ses échecs. Le dialogue est nécessaire pour assurer une bonne relation entre le tuteur et son apprenti. Une bonne relation est un facteur clé dans le développement de la performance et dans la motivation de l’apprenti. Instaurez un environnement favorable à l’apprentissage et au progrès.

IV- Feedbacks et évaluations :

Vous vous devez d’évaluer la performance de votre collaborateur. En évaluant régulièrement votre apprenti, vous prendrez conscience de ses progrès, ses points à améliorer et ainsi vous pourrez entreprendre les actions à mettre en place pour qu’il s’améliore dans les missions qui lui sont confiées. Par exemple, un entretien en One-to-one  chaque semaine s’avère productif pour situer et motiver l’apprenti dans ses missions dans l’entreprise.

V- Optimiser son emploi du temps pour être en phase avec celui de l’apprenti :

Si l’apprenti devient petit à petit autonome au fur et à mesure de son apprentissage au sein de l’entreprise, il est important de continuer à l’accompagner. Le tuteur doit lui faire part des missions générales de l’entreprise. Ainsi, l’apprentissage instauré doit induire l’apprenti à être force de proposition et productif.

 

ABP Consulting vous accompagne dans l’acquisition des compétences nécessaires à ces nouvelles fonctions via 2 formations :

Formation de formateur 

Etre tuteur en entreprise : Transmettre son savoir et accompagner sur le terrain

Le DRH à temps partagé : une opportunité professionnelle

Conseil Mobilité - shutterstock_73130665

Par manque de temps et/ou d’argent, les petites entreprises ne peuvent pas toujours assurer la gestion des ressources humaines. En effet, le coût d’un cadre RH reste assez élevé et il n’est pas toujours nécessaire d’en recruter un à temps plein.

Il reste néanmoins primordial de limiter les risques et de conduire la stratégie d’entreprise efficacement. Une démarche rigoureuse et élaborée s’impose : Le système de DRH à temps partagé peut être la solution !

En choisissant cette option, l’entreprise fait appel à un consultant en ressources humaines afin de soulager les responsables de petites entreprises, souvent submergés par leurs projets professionnels. Contrairement aux DRH classiques, les DRH à temps partagé interviennent dans une limite de temps (jusqu’à 6 mois au rythme d’une demi-journée ou d’une journée par semaine). C’est une nouvelle tendance depuis quelques années, qui séduit les entreprises dans la stratégie de leur politique RH.

A l’instar d’un DRH d’une grande entreprise, ce nouveau collaborateur  à part entière secondera l’entreprise. Il intervient dans les missions du quotidien. Ses compétences permettent le développement et le pilotage de l’entreprise : il s’avère efficace dans la gestion du personnel tout en respectant la stratégie d’entreprise, et cela à un coût réduit.  Le DRH à temps partagé fait office d’accélérateur de la croissance de l’entreprise. Ce professionnel vous aidera à prendre les meilleures décisions pour le bon fonctionnement de votre entreprise.

Le DRH à temps partagé intervient dans plusieurs domaines au sein de l’entreprise :

  • Définition de la stratégie et de la politique RH de l’entreprise
  • Encadrement des équipes et impulsions des projets RH
  • Suivi des projets mis en œuvre et évaluation de leurs résultats
  • Gestion administrative du personnel
  • Conseil et support auprès des opérationnels
  • Gestion financière
  • Elaboration et suivi du plan de formation
  • Instances représentatives du personnel
  • Vie dans l’entreprise
  • Santé et sécurité au travail

C’est donc une opportunité pour les petites entreprises qui n’ont pas les moyens de recruter elles-mêmes pour accéder aux différents outils RH. Cette option économique se révèle de plus en plus utilisée par les TPE/PME, qui ont grand besoin de ces compétences. Cette tendance permet l’émancipation des professionnels RH, de plus en en plus nombreux à suivre ce mouvement et à proposer leurs services aux diverses entreprises, dans le pilotage de leur stratégie.

Save the date : les prochains salons professionnels organisés sur la Côte d’Azur

Salons professionnels 2016

Ne manquez pas les prochains salons professionnels de la Côte d’Azur

En avril et en mai le digital et l’innovation sont à l’honneur sur Nice et Monaco. 

– STARTUP WEEKEND – Nice-Sophia Antipolis
Du vendredi 13 mai 2016 au dimanche 15 mai 2016.

Un concours durant tout un week-end sur la création d’une Startup, avec un jury d’experts et d’investisseurs. L’idée est de créer et de développer un projet en seulement 54h, porté par le dynamisme du concours. C’est aussi l’occasion de rencontrer des professionnels, des entrepreneurs et des sponsors…

AZUR DIGITAL DAY – Nice : Allianz Riviera
Lundi 2 mai 2016 de 17h à 23h.
Conférence sur le sport et le digital pour « appréhender les nouveaux enjeux de l’ère digitale, de l’Internet mobile, des réseaux sociaux et des objets connectés ».

Retrouvez régulièrement l’actualité des salons professionnels et des formations professionnelles de la région de Nice, Cannes et Monaco sur notre page Facebook.

Les prochains événements professionnels dans les Alpes-Maritimes

événements professionnels

La Côte D’Azur accueille chaque année des événements professionnels de grande envergure, où se réunissent de nombreux décideurs.

ABP Consulting vous informe, et vous présente la liste des prochains salons internationaux dans la région ; A ne pas manquer pour les professionnels de l’e-commerce, du Télécom, de l’immobilier, et même de la musique :

Continuer la lecture …

La vidéo est partout, le recrutement n’échappe pas à la règle !

recrutement vidéo

Le support n°1 sur Internet

Parmi l’ensemble des supports que l’on trouve sur le net (textes, fichiers audio, images…), la vidéo est de loin le plus populaire. Une étude le classe d’ailleurs comme le support le plus consulté sur Internet ; Populaire et accessible, la vidéo attire les regards. Les emails seraient d’ailleurs plus ouverts quand le mot « Vidéo » figure dans l’objet du message.

« Ceci tuera cela » soulignait Victor Hugo à propos du livre, venu détrôner l’architecture au XVe siècle. Serait-ce au tour de la vidéo de reléguer l’écrit au second rang ?

Continuer la lecture …